Le Mékong : un fleuve majestueux traversant six pays d’Asie du Sud-Est

Le Mékong est un fleuve mythique qui traverse plusieurs pays de la région d’Asie du Sud-Est, en offrant une source vitale d’eau et un soutien économique pour des millions de personnes. Il est aussi intéressant pour les touristes désireux de découvrir cette partie fascinante du monde. Mais au fait, où se trouve le Mékong ?

Le parcours impressionnant du Mékong

Long de 4 350 kilomètres, le Mékong prend sa source dans la province du Yunnan, en Chine, s’étend vers le sud à travers la Birmanie (Myanmar), le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et finalement le Vietnam. Le nom « Mékong » dérive de l’expression laotienne «Mae Nam Khong», signifiant «La mère des eaux». Ce nom illustre bien son importance pour les habitants des régions qu’il traverse.

Le Mékong serpente entre les montagnes de l'Hymalayaa en Chine

Un bassin hydrographique vaste et complexe

Le bassin du Mékong couvre une superficie de près de 800 000 km², ce qui équivaut presque à trois fois la superficie de l’Allemagne. Il englobe différents types de terrains et climats, entre montagnes, plateaux et plaines alluviales.

Les principaux affluents du Mékong

De nombreux cours d’eau se jettent dans le fleuve Mékong tout au long de son parcours. Parmi les plus importants, on peut citer :

  • Le Tonle Sap au Cambodge, qui se transforme en un lac immense lors des crues.
  • La rivière Mun en Thaïlande, contribuant à la richesse agricole et piscicole du pays.
  • La rivière Nam Ou dans le nord du Laos, offrant de belles croisières et découvertes locales.
  • Le fleuve Rougeau Vietnam, rendant fertile le delta du Mékong où se trouvent notamment plusieurs marchés flottants comme celui de Vinh Long.

Les six pays traversés par le Mékong

Au cours de son voyage à travers l’Asie du Sud-Est, le Mékong sert de frontière entre plusieurs pays et impacte la vie de millions d’habitants ainsi que leur culture.

Province du Champassak au Laos

Le Mékong en Chine

Dans sa partie haute, le fleuve coule principalement dans la province chinoise du Yunnan, où il est connu sous le nom de Lancang Jiang («ruban turquoise»). Le développement économique rapide de la région a conduit à la construction de nombreux barrages hydroélectriques, suscitant des inquiétudes quant à leur impact sur l’environnement et les populations locales.

Birmanie, Thaïlande et Laos : Un fleuve-frontière

Le Mékong marque une part importante de la frontière naturelle entre ces deux pays voisins pendant près de 850 kilomètres. La rivière traverse également des villes historiques telles que Luang Prabang au Laos et Chiang Khong en Thaïlande, offrant des paysages époustouflants pour les voyageurs.

Le fleuve Mékong à Luang Prabang au Laos.

Le Cambodge : Le royaume du Mékong

Le fleuve traverse le centre du Cambodge notamment la région de kratie où vit une population de dauphins de l’Irrawaddy en voie de disparition. L’un des lieux emblématiques est certainement Phnom Penh, la bouillonnante capitale du pays qui offre un point de vue formidable sur la rencontre entre le Mékong et le Tonle Sap. C’est également dans ce pays qu’on peut trouver les célèbres temples d’Angkor, même s’ils ne sont pas directement situés sur les rives du Mékong.

Le Vietnam : La descente finale vers la mer

Après avoir traversé ces différents territoires, le Mékong termine sa longue aventure par une magnifique démonstration de force. En arrivant au pays du Dragon, il se ramifie en une série de canaux formant son delta, avant de finalement se jeter au sud du Vietnam dans la mer de Chine méridionale. Cette région très fertile est également appelée la «Corbeille à fruits» en raison de ses nombreuses plantations d’ananas, de coco et autres variétés fruitières.

Le rôle économique et culturel du Mékong au sein de la région

Au-delà de simplement apporter l’eau nécessaire à la vie de tous les jours, le fleuve Mékong joue un rôle central dans l’économie de la région. La pêche y est particulièrement intensive, avec une production annuelle estimée à 2,1 millions de tonnes, soit environ 25% des prises mondiales :

  • Le poisson Mekong, dont le Pangasius Hypophthalmus (ou «Panga») est l’espèce la plus connue.
  • Le transport fluvial de marchandises et la croisière touristique, qui se sont développés ces dernières années grâce au trafic international entre les pays du bassin.
  • L’agriculture dépendante de l’eau et des sédiments fertiles que ramène chaque année la crue du fleuve.
Pêche dans le delta du Mékong.

Ainsi, il ne fait aucun doute que le Mékong représente un élément majeur pour l’environnement, l’économie et la culture des pays traversés. Trésor de biodiversité, paradis pour les voyageurs aimant l’aventure ou simplement véritable enjeu géopolitique, ce fleuve majestueux a encore bien des choses à offrir et à protéger pour les générations futures.

Le Mékong, témoin et acteur de l’Histoire

Le Mékong est indissociable de l’histoire des peuples qui se sont succédé sur ses rives. En effet, ce fleuve a été le témoin des grandes migrations humaines depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, permettant notamment à plusieurs civilisations anciennes de se développer grâce à sa généreuse fertilité.

En outre, le Mékong occupe une place particulière dans l’imaginaire français puisqu’il est intimement lié à l’épopée coloniale de notre pays en Indochine et à la figure emblématique d’Ernest Doudart de Lagrée, explorateur et diplomate français à l’origine du projet audacieux visant à remonter le fleuve pour trouver un chemin vers la Chine au XIXe siècle.

Un faisceau d’intérêts géopolitiques autour du fleuve

Le Mékong ne cesse d’alimenter les convoitises et les rivalités entre les six Etats riverains que sont la Birmanie, le Cambodge, la Chine, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam. Ces pays cherchent en effet à tirer le meilleur parti des ressources hydrauliques, halieutiques et énergétiques offertes par le fleuve pour alimenter leur croissance économique et asseoir leur influence régionale.

La Commission du Mékong et la Convention sur la coopération pour le développement durable du bassin du Mékong sont deux exemples d’instruments multilatéraux mis en place pour tenter de coordonner et de réguler cette concurrence exacerbée qui pèse aujourd’hui sur l’avenir même du fleuve.

Une biodiversité unique et menacée

Le bassin du Mékong abrite une faune et une flore exceptionnellement riches et diversifiées. Plusieurs milliers d’espèces animales, dont certaines endémiques, vivent en effet dans ses eaux et sur ses rives. Parmi elles, on compte notamment :

  • Le dauphin de l’Irrawaddy, espèce protégée et menacée d’extinction,
  • Le chat géant du Mékong, une espèce rare de félin semi-aquatique,
  • Des tortues d’eau douce, des varans ou encore des crocodiles siamois.

Ce n’est pas tout ! Le Mékong est aussi le foyer de nombreuses nouvelles espèces. En effet, selon la Commission du Mékong, près de 100 nouvelles espèces ont été découvertes entre 1997 et 2001. Parmi elles, on peut évoquer le cas du saola, un bovidé asiatique dont l’existence a été révélée seulement en 1992.

Toutefois, cette incroyable biodiversité est aujourd’hui menacée par l’intensification des activités humaines telles que la déforestation, la surpêche ou encore les projets hydroélectriques qui font peser un risque majeur sur la qualité et la quantité d’eau disponible pour les millions d’habitants riverains du fleuve.

Explorer le Mékong : une aventure envoûtante et dépaysante

Croisière sur le Mékong.

Découvrir le Mékong, c’est se laisser porter au fil de l’eau pour remonter le temps et l’espace, à la rencontre des civilisations qui ont façonné les rives de ce mythique fleuve asiatique. De Saigon jusqu’aux confins du Tibet, en passant par les temples d’Angkor, les minorités ethniques du Laos ou encore les montagnes karstiques de la baie d’Halong, chaque étape offre un spectacle à couper le souffle et des rencontres inoubliables avec les populations locales.

  • La croisière sur le Mékong : Quoi de mieux que d’arpenter le fleuve à bord d’un luxueux bateau équipé de tout le confort nécessaire pour s’émerveiller des paysages défilant devant ses yeux ? Les croisières permettent aussi de participer à des excursions organisées, notamment dans des villages traditionnels, des marchés locaux ou encore des sites historiques et culturels,
  • Voyager autrement : Pour ceux qui préfèrent s’immerger davantage dans la réalité locale, il est possible d’emprunter des pirogues motorisées, des vélos ou encore des motos pour pénétrer les méandres et les secrets du Mékong depuis ses hautes terres jusqu’à son delta. Les aventuriers optent souvent pour cette option qui garantit un voyage hors des sentiers battus